Soirée littéraire 2015

17h  – Bar l’Éclipse de l’hôtel Le Montagnais

Joséphine Bacon

Joséphine-Bacon-191x300Avec Joséphine Bacon commence une nouvelle histoire de la poésie québécoise.

Joséphine Bacon est une poète innue originaire de Pessamit, née en 1947.  Réalisatrice et parolière, elle est considérée comme une auteure phare du Québec. Elle a travaillé comme traductrice-interprète auprès des aînés, ceux et celles qui détiennent le savoir traditionnel et, avec sagesse,  elle a appris à écouter leur parole.  Joséphine Bacon dit souvent d’elle-même qu’elle n’est pas poète, mais que dans son cœur nomade et généreux,  elle parle un langage rempli de poésie où résonne l’écho des anciens qui ont jalonné sa vie. Chez Mémoire d’encrier, elle a écrit son premier recueil Bâtons à message/Tshissinuashitakana(2009) en pensant à ces nomades amoureux des grands espaces, et a reçu le Prix des lecteurs du Marché de la poésie de Montréal en 2010 pour son poème « Dessine-moi l’arbre ». Toujours chez Mémoire d’encrier, elle a publié en collaboration avec José Acquelin Nous sommes tous des sauvages (2011) et  en 2013 Un thé dans la toundra/Nipishapui nete mushuat(Finaliste au Prix du Gouverneur général et Finaliste au Grand Prix du livre de Montréal).

Parolière et auteure des textes d’enchaînement du spectacle de Chloé Sainte-Marie Nitshisseniten e tshissenitamin, Joséphine Bacon a été invitée en Colombie, en France, en Russie (Moscou), en Arménie et en Haïti. Elle  a reçu de nombreuses distinctions, participe régulièrement à des spectacles de poésie et collabore à des revues québécoises, européennes, tahitiennes, etc.

Joséphine Bacon enseigne l’innu-aimum depuis plus de 40 ans et donne de nombreux ateliers d’écriture et conférences dans les universités, les cégeps et dans plusieurs communautés autochtones comme Pessamit, Escoumins, Pointe-Bleue, Natashquan, Obedjiwan, Sept-îles et Odanak. Parallèlement, elle travaille à diverses traductions de l’innu-aimun vers le français.

Du côté du cinéma, Joséphine Bacon participe comme traductrice et voix off à des documentaires et courts métrages, dont ceux du cinéaste Arthur Lamothe. Elle a réalisé Tshishe Mishtikuashisht – Le petit grand européen (Johan Beetz, 1997) etAmeshkuatan – Les sorties du castor (1978). Joséphine Bacon a aussi participé aux treize émissions de la série téléviséeMupu (2002), la série Carcajou Mikun, Finding our talk, avec les productions Mushkeg Nutaq, et Innu-Assi – avec les productions Manitu.

Source : Mémoire d’encrier

Publications chez Mémoire d’encrier :

 

  Natasha Kanapé Fontaine

Natasha-K.-Fontaine-191x300Née en 1991 à Baie-Comeau, Natasha Kanapé Fontaine est une Innue de Pessamit. Elle vit à Montréal. Poète-slameuse, peintre, comédienne et militante pour les droits autochtones et environnementaux, elle figure sur la liste des dix jeunes auteurs à surveiller selon Marie-Louise Arsenault, l’animatrice de Plus on est de fous, plus on lit!

Natasha Kanapé Fontaine a aussi été lectrice pour le Prix de poésie Radio-Canada en 2014. Son premier recueil, N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures (Mémoire d’encrier, 2012), a été bien accueilli et lui a valu le Prix de poésie de la Société des  Écrivains francophones d’Amérique 2013. Finaliste au Prix Émile-Nelligan 2015, son second recueil Manifeste Assi(Mémoire d’encrier) est paru en 2014.

Poète et artiste militante vivant à Montréal, Natasha Kanapé Fontaine s’inscrit dans la résurgence de la jeunesse autochtone actuelle. Porte-parole de la branche québécoise du mouvement pancanadien Idle No More (Fini l’inertie), elle travaille à développer la «Poétique de la Relation au Territoire». Natasha Kanapé Fontaine est poète invitée notamment en Belgique, en Haïti, en France, en Allemagne, en Écosse.

Sa démarche artistique et littéraire tend à rassembler les peuples divergents par le dialogue, l’échange, le partage des valeurs, en passant par le «tannage des peaux», manière métaphorique de gratter les imperfections des pensées et des consciences. Avec la poésie, elle berce l’Environnement et entame un processus de guérison avec lui. Natasha Kanapé Fontaine lutte contre le racisme, la discrimination ainsi que les mentalités coloniales par la prise de parole, et ce pour le bien des générations futures.

Source : Mémoire d’Encrier

Publications  chez Mémoire d’encrier :

Jean Sioui

Jean SiouiJean Sioui est Wendat. Il a publié son premier recueil, Le Pas de l’Indien, aux éditions Le Loup de Gouttière en 1997. Il a également publié: Poèmes rouges (poésie, Le Loup de Gouttière, 2004) et Hannenorak (roman jeunesse, Cornac, 2004);Hannenorak et le vent (roman jeunesse, Le Loup de Gouttière, 2007); L’avenir voit rouge (poésie, Écrits des Forges, 2007);Je suis île (poésie, Cornac, 2010) ; Avant le gel des visages (poésie, Éditions Hannenorak, 2012). Il a enfin publié Entre moi et l’arbre (poésie, Écrits des Forges, 2013), pour lequel il a été finaliste au prix Alain-Grandbois de l’Académie des lettres du Québec.

Source : Mémoire d’Encrier

Publications  chez Mémoire d’encrier :

L97828971230621-191x300

 

 

 

 

 

 

Marie-Andrée Gill

marieaOriginaire de Mashteuiatsh, Marie-Andrée Gill poursuit une maitrise en lettres, ce qui lui permet de ne jamais être bien loin de sa passion pour les mots. Son premier livre Béante a reçu un bel accueil, dont une nomination au Prix du Gouverneur Général et le Prix Poésie du Salon du livre de Saguenay. Son deuxième livre, Frayer, vient tout juste de paraitre aux éditions La Peuplade. On y découvre les bribes de l’adolescence dans une communauté autochtone et on y découvre le majestueux Piekuakami sous une lumière poétique. Son écriture se promène entre kitsch et existentiel, alliant les identités québécoises et ilnues.

Source : La Peuplade

Publications chez La Peuplade :

Katia Kurtness

IMG_6195Native de Mashteuiatsh, Katia Kurtness est bachelière en géographie et aménagement du territoire. Elle possède également une maîtrise en études et interventions régionales réalisée à l’Université du Québec à Chicoutimi en 2014. Comme auteure, c’est à partir de la tradition orale, qu’elle a présente à travers ce livre, une nouvelle façon de cartographier le territoire selon une représentation mentale. En parallèle à ses études universitaires, elle s’adonne à son talent artistique qui lui a valu une exposition solo dans une galerie professionnelle à Ottawa, en 2005.

Publications chez GRIR – Groupe de recherche et d’Intervention régionales, UQAC :

livre2

 

 

 

 

 

Jacques Kurtness

LOGO-DialogOriginaire de Mashteuiatsh (Pointe-Bleue), communauté ilnue sur les rives du lac Saint-Jean, Jacques Kurtness combine engagement politique, carrière académique… et participation au comité scientifique d’Espaces autochtones.
Jacques Kurtness est élevé par ses grands-parents. Il grandit auprès d’un homme qui fut grand chef de sa communauté pendant 22 ans. Alors que les visites diplomatiques sont courantes, il puise dans cette période ses aptitudes pour la négociation et la représentation.
Détenteur d’un doctorat en psychologie de l’Université Laval, Jacques Kurtness est professeur à l’Université du Québec à Chicoutimi de 1979 à 1999. Puis, il occupe le poste de directeur régional pour le Québec (négociations et mise en œuvre des ententes) pour le compte du ministère des Affaires indiennes et du Nord du Canada. Il agit également comme négociateur en chef du Conseil tribal Mamuitun de 1995 à 1997. Depuis 2002, il se joint à différentes équipes de recherche en milieu universitaire. Ses intérêts portent notamment sur la gouvernance, les nationalismes et l’éducation.
Sensible aux relations interculturelles entre autochtones et non-autochtones, il offre aujourd’hui son ouverture au service du comité scientifique d’Espaces autochtones.

Source : Musée de la civilisation

Publications chez  Presses de l’Université Laval:

details_L97827637246901

 

 

 

 

 

Camil Girard

Camil GirardMonsieur Girard est professeur associé à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Il est membre du Centre interuniversitaire d’études et de recherches autochtones (CIÉRA) de l’Université Laval. Il s’intéresse tout particulièrement aux questions autochtones, à la migration des jeunes au Québec (INRS-Culture) et en milieu autochtone ainsi qu’aux recherches et à l’enseignement en développement régional et international.

Publications chez  Presses de l’Université Laval:

 

ENSEMBLE POUR RÉUNIR, ENSEMBLE POUR RÉUSSIR – GATHERING FOR SUCCESS