Bloc H : 11 octobre,14 h 30 à 15 h 15

Pour consulter le résumé d’un atelier, cliquez sur le titre.

Résumé

Dans le cadre des cours de didactique de science et technologie et d’univers social au baccalauréat en éducation préscolaire et enseignement primaire, les professeures Christine Couture et Catherine Duquette ont exploré avec leurs étudiants les possibilités d’intégration de savoirs culturels autochtones dans l’enseignement de ces disciplines. Dans le prolongement de ce travail, cette communication propose des pistes de développement pédagogique pour intégrer des savoirs culturels autochtones à l’enseignement de science, technologie et d’univers social à partir du programme de formation de l’école québécoise (MEQ, 2001), et ce, pour tous les élèves du Québec. Ce sera l’occasion, pour les participants, d’échanger sur diverses façons possibles d’intégrer des savoirs culturels autochtones à l’enseignement des disciplines scolaires en identifiant d’abord des liens à faire entre ces savoirs et le programme. Ce sera aussi l’occasion de mettre en valeur le travail d’étudiantes des Premières Nations qui achèvent ou qui ont complété leur formation en enseignement.

Résumé

Après deux ans d’implantation du programme en communauté autochtone, Puakuteu comité de femmes de Mashteuiatsh, en collaboration avec Pathways Canada, a initié une démarche d’évaluation. Cette démarche visait à connaitre le taux de satisfaction de la clientèle, le portrait des barrières systémiques à la réussite scolaire des jeunes et le niveau de maturité de l’équipe d’accompagnement offrant les services de soutien scolaire et social personnalisé. Par un récit de pratique, nous vous présenterons le portrait d’indicateurs populationnels de Mashteuiatsh, à l’aide des données les plus récentes disponibles qui sont déterminantes pour la réussite éducative des jeunes de la communauté, de même que l’ensemble des perceptions des clients envers les services reçus. Finalement, tirant leçon de l’utilisation d’une approche adaptative au contexte de l’équipe d’accompagnement visant à faciliter leur apprentissage et la construction des nécessaires rapports de collaboration, nous vous dévoilerons les principales constatations et conclusions de la démarche d’évaluation évolutive réalisée.

Summary

During this workshop, the facilitators will present two types of successful collaborative practices from the Community Learning Centre (CLC) network in English schools across Quebec. CLCs are community schools that support student perseverance and contribute to the vitality of English-speaking communities through the development of school-community partnerships, aided by a designated Community Development Agent in the school. Firstly, we will speak of the benefits of partnering with local and national organizations, such as Native Friendship Centres and Kairos Canada, as well as Indigenous Elders to leverage education for reconciliation tools and strategies and to ensure cultural awareness. The second successful collaborative practice is the development of a virtual community of practice for the Community Development Agents, principals, and teachers from the network of 85+ CLC schools, as convened and supported by LEARN’s Provincial Resource Team, in order to exchange knowledge and access resources, as well as share challenges and successes. While the specific examples and practices come from schools with Indigenous students in a non-Indigenous setting, participants will also learn about generalizable principles that can be applied in any educational context. There will also be time to reflect on and commit to further actions participants can take to support perseverance and academic success for First Peoples in elementary, high school, and adult education. Additionally, there will be an experiential component, allowing participants to create a witness piece to take home with them as a conversation starter and to serve as inspiration for the work they do in their educational communities.

Résumé

Nos cours d’anthropologie visent à faire développer aux étudiants une perspective interculturelle, un élément important de leur rapport au monde. Au fil des ans, nous avons progressivement reçu des étudiants issus des Premières Nations dans nos classes, alors que la majorité est allochtone. Nous avons rapidement constaté à quel point les réalités particulières des étudiants autochtones étaient méconnues. Par ailleurs, nous avons observé que ces derniers sont aux prises avec certaines difficultés d’adaptation à la vie collégiale. Dans cette présentation, nous aimerions vous faire part de la façon dont ceci nous a amenées à enrichir notre approche pédagogique d’activités inclusives, afin de favoriser l’affirmation personnelle des étudiants issus des Premières Nations et, par le fait même, de sensibiliser le reste de la classe. Dans un premier temps, nous proposons de reproduire avec vous une activité portant sur les préjugés. Dans un deuxième temps, nous vous présenterons quelques réalisations de nos étudiants autochtones, ainsi que les retombées positives de ces pratiques pédagogiques inclusives.

Résumé

Afin de sensibiliser les élèves du primaire et du secondaire au racisme et à la discrimination, le Centre d’amitié autochtone de Val-d’Or (CAAVD) a développé la trousse pédagogique Gabriel-Commanda. Le Centre a collaboré avec des pédagogues de la Commission scolaire de l’Or-et-des-Bois afin de créer un outil pour les professeurs qui pourront aborder l’histoire et la culture autochtones avec tous les élèves, selon des activités adaptées à l’âge des participants. L’intimidation débute dès la petite enfance. La trousse servira ainsi à faire connaître les Premiers Peuples et à combattre le racisme et la discrimination à travers des activités, des fiches pédagogiques et des liens web. Des activités ludiques seront organisées pour les jeunes du primaire et des activités participatives seront planifiées pour les élèves du secondaire. Le CAAVD souhaite présenter cette trousse, fruit d’un travail collaboratif entre le Centre d’amitié et la Commission scolaire.

Résumé

La recherche scientifique en éducation montre qu’il est possible de réduire le nombre d’élèves qui présentent des difficultés d’apprentissage de la lecture en remplaçant l’approche « attendre l’échec avant d’agir » par une approche axée sur la prévention de l’échec. Le modèle de la réponse à l’intervention constitue une approche préventive dont l’efficacité a été attestée par des procédés scientifiques. Nous nous proposons de présenter les leviers éducatifs prévus dans ce modèle et d’amorcer une réflexion pour leur adaptation aux caractéristiques des écoles situées au sein de communautés autochtones ainsi que des écoles du réseau scolaire qui accueillent des élèves autochtones. Ces leviers incluent a) la mise en œuvre de pratiques pédagogiques démontrées efficaces par la recherche (p. ex. planification, pratiques fréquentes, consolidation) dans différents contextes d’écoles défavorisées, dont certaines autochtones; b) le dépistage continu (3 fois par année) des élèves à risque ou déjà en difficulté, pratiques très pertinentes dans le contexte autochtone, notamment puisque certains élèves s’absentent souvent sur de longues périodes et leur réintégration nécessite alors de nouvelles pistes d’intervention parce que leur situation a changé; c) l’intensification progressive (ou l’adaptation) des interventions pour répondre aux besoins de tous les élèves dans un contexte qui nécessite beaucoup de créativité auprès de ceux qui vivent des difficultés multiples, autant d’ordre social que scolaire, et avec lesquels plusieurs interventions ont donné peu de résultats; et d) la collaboration entre les intervenants dans le milieu scolaire, notamment entre les intervenants autochtones et non autochtones, élément fondamental qui pourtant présente des défis importants, par exemple en matière d’interprétation des difficultés des élèves et de mise en œuvre des interventions. Nous nous attendons à ce que ces leviers aient un impact déterminant sur l’engagement des élèves autochtones, leur persévérance et leur réussite scolaires. Enfin, nous décrivons les éléments principaux d’une « carte routière » pour l’implantation efficace de ce modèle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


2 + = dix

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

ENSEMBLE POUR RÉUNIR, ENSEMBLE POUR RÉUSSIR – GATHERING FOR SUCCESS