Bloc E : 11 octobre, 10 h 15 à 11 h

Pour consulter le résumé d’un atelier, cliquez sur le titre.

Résumé

Dans cet atelier, je propose d’explorer l’écart académique qui existe présentement entre les élèves autochtones et les élèves non autochtones sous le prisme du capital culturel. Pour commencer, il y aura une courte présentation résumant la littérature en lien avec les différentes cultures : la culture collective des familles des Premières Nations et la culture individualiste retrouvée dans le système scolaire. Nous verrons comment le capital culturel de chacune de ces cultures influence les résultats scolaires de façon positive ou négative. Cet écart culturel, présent dans les écoles aujourd’hui, explique en partie l’écart académique entre les élèves autochtones et les élèves non autochtones. Dans la deuxième partie de cet atelier, les résultats de ma recherche effectuée en milieu autochtone micmac et malécite seront présentés. Ces résultats offrent de nouvelles possibilités qui sont encadrées par le concept de capital culturel relativement aux attentes, à la littératie et aux relations avec les parents. Ces éléments sont essentiels pour la réussite de chaque enfant, et les comprendre sous un nouveau prisme favorise le développement de nouvelles compétences pour le personnel enseignant. Ces compétences sont nécessaires pour répondre aux besoins des élèves autochtones et de leurs familles avec succès.

Résumé Les-Grandes-Rencontres-Logo

Pourquoi s’intéresser au climat scolaire et au développement des compétences sociales et émotionnelles en tant que gestionnaire? Les objectifs de cet atelier sont les suivants :

  • nourrir la réflexion et favoriser les échanges sur le rôle de la direction dans la création d’une communauté scolaire bienveillante;
  • échanger sur l’avantage de travailler sur l’amélioration du climat scolaire et de mettre l’accent sur les compétences socioaffectives, notamment celles du personnel;
  • examiner la dimension relationnelle dans le rôle de la direction et de l’éducateur;
  • soutenir la direction dans le développement d’une vision pour son établissement;
  • déterminer les pratiques et les conditions à mettre en œuvre pour mobiliser son personnel dans une telle démarche.

Résumé

Les-Grandes-Rencontres-Logo

Promouvoir les relations positives (autant entre les enseignants et leurs élèves qu’entre pairs) et contribuer activement à leur développement influencent fortement la réussite scolaire des élèves et sont une composante centrale d’une bonne gestion de classe. De plus, les adultes doivent examiner de près les dynamiques sociales et les relations qui se tissent entre les élèves au sein des groupes, sachant que ces dynamiques peuvent faire basculer les interactions vers une direction positive ou négative. Les enseignants et les éducateurs ont un rôle majeur à jouer dans le développement de comportements prosociaux des enfants et des jeunes et dans les dynamiques sociales. Les objectifs de l’atelier sont les suivants :

  • valoriser les interventions universelles auprès de tous les élèves d’une classe ou d’un groupe pour soutenir les apprentissages sociaux;
  • sensibiliser les enseignants et les éducateurs responsables de groupes d’élèves à l’importance de développer et de maintenir des relations positives avec chacun de leurs élèves et particulièrement avec ceux qui présentent des difficultés d’adaptation ou des comportements difficiles;
  • comprendre ce qu’est l’architecture sociale et apprendre à l’utiliser pour favoriser une dynamique positive entre pairs à l’école ainsi que se familiariser avec des stratégies pouvant prévenir des situations de violence et d’intimidation.

Summary

Teaching in remote First Nations’ communities, such as the Ojibwe community of Pikangikum First Nation, presents many challenges to experienced and novice teachers alike. The focus of our project is promoting student success and improving literacy instructional practices in kindergarten to grade 6 by developing culturally relevant literacy curriculum and providing teachers with the knowledge and skills necessary to meet their students’ second language literacy needs.Through the use of curriculum-based measures for screening we are developing local norms for identifying at-risk students. Combined with ongoing progress monitoring within an Response to Intervention (RTI) framework we are facilitating the delivery graduated levels of instructional support in the inclusive classroom.  Our program is based on close collaboration between local community members, coordinators based at the school, teachers, and our team of subject matter experts.

We will discuss challenges as well as possible solutions that have emerged based on our unique approach to intervention for teachers.  We will also present students literacy results from the first year of our pilot project. Implications for best practices will be discussed.

Résumé

Dans les légendes amérindiennes, la « morale » n’est généralement pas donnée : l’auditeur doit l’interpréter pour en trouver le sens. À partir d’une légende algonquienne, nous verrons comment l’intérêt pédagogique réside dans ce processus d’interprétation, c’est-à-dire d’élaboration de la pensée par le langage. Ce type de communication orale, en continuité avec la tradition culturelle, développe à la fois la cognition et la capacité linguistique. L’expression orale à l’école joue aussi sur le plan socioculturel. Dans les milieux ou dans les cultures ne valorisant pas spécialement l’expression verbale, un travail systématique sur cette dimension de la langue multiplie les occasions de parole et stimule la cognition par son exigence de performance plus élevée. Cela vaut tant en langue maternelle amérindienne qu’en français langue seconde. Nous ferons brièvement état d’une expérience en ce sens réalisée auprès d’élèves attikameks en 2016. L’oral soutient également la lecture et la rédaction – sans compter qu’en langue seconde, la performance orale est un bon baromètre de la performance en écriture. L’effet bénéfique de ces pratiques est connu. Pourquoi alors ne sont-elles pas plus fréquentes? Une des raisons tient sans doute à la prédominance socioculturelle de l’écrit dans les programmes d’études et à une certaine sous-estimation de l’oral comme processus de développement langagier et intellectuel.

Résumé

Les-Grandes-Rencontres-Logo

Apprendre à vivre avec les autres est un processus complexe. Certains élèves ont besoin d’aide pour développer leurs compétences personnelles et sociales. L’étayage est un processus qui comprend les différents moyens que les adultes utilisent pour soutenir l’apprentissage d’un élève et l’aider à s’améliorer. Cette approche préconise l’apprentissage des comportements attendus.

Cet atelier s’adresse aux intervenants responsables de soutenir et d’encadrer les élèves impliqués dans des situations de violence et d’intimidation. Les objectifs de l’atelier sont les suivants :

  • connaître les principes qui sous-tendent l’étayage;
  • connaître les compétences individuelles et relationnelles à développer chez les élèves auteurs, victimes ou témoins de violence ou d’intimidation;
  • explorer des façons d’étayer ces compétences auprès des élèves et graduer les interventions selon leurs besoins;
  • situer l’étayage dans la stratégie globale de l’école pour prévenir les situations de violence et d’intimidation et souligner l’importance d’évaluer l’efficacité des procédures mises en place auprès des élèves impliqués.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


5 × = dix

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

ENSEMBLE POUR RÉUNIR, ENSEMBLE POUR RÉUSSIR – GATHERING FOR SUCCESS