GRAF_WPColloqueEducationA17-03

Ateliers

Présentations en avant-midi

 

  •  À chacun sa voix

Anne-Sophie Desforges, Marie-Michelle Bouchard et Mélissa Boudreault

Au primaire comme au secondaire, plusieurs élèves qui ne parlent pas ou qui présentent une parole inintelligible (incomprise) voient leur participation sociale diminuée en raison de leurs difficultés langagières. Ces élèves peuvent bénéficier, suite à la recommandation d’un orthophoniste, d’une aide technique à la communication afin de suppléer ou de soutenir leur communication. Dans un désir de supporter les enseignants et les intervenants dans leurs interventions auprès de ces élèves, le Service Régional de Soutien et d’Expertise en déficience langagière et déficience auditive (MEES), en collaboration avec plusieurs intervenants de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay et du réseau de la santé, a conçu, en 2017, un guide d’accompagnement.

Animé par deux orthophonistes et une enseignante, le présent atelier vise notamment à présenter cet outil de référence pour l’accueil, en classe, d’un élève utilisateur d’une aide technique à la communication. Cette présentation permettra également de démystifier ce qu’est la suppléance et le soutien à la communication et d’explorer les stratégies à privilégier pour favoriser l’utilisation d’une aide technique en classe.

 

  • Les technologies pour favoriser le plein potentiel de tous

Laura Côté

Depuis quelques années, le mouvement de l’inclusion scolaire est de plus en plus répandu au sein des écoles. Celui-ci vise la pleine participation en classe ordinaire de tous les élèves, quelle que soit leur différence, en réduisant les obstacles aux apprentissages pour permettre l’actualisation du potentiel de chacun (Aucoin et Vienneau, 2010; Bergeron et al., 2011). La différenciation pédagogique est ainsi au cœur de l’inclusion scolaire. Cette pratique peut être assurée par les technologies de l’information et de la communication (TIC), notamment par les aides technologiques à l’apprentissage pour les élèves en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage. La présentation portera sur les bases théoriques de la différenciation pédagogique ainsi que sur plusieurs façons d’exploiter les technologies (applications, sites web, logiciels, etc.) pour différencier son enseignement en français et en mathématiques. L’objectif de cette présentation est donc d’outiller les enseignants pour accompagner et soutenir les élèves afin de favoriser le développement du potentiel de tous.

 

  •  Enseigner sans papier ni crayon: est-ce possible?

Cynthia Desbiens

Dès le début de ma carrière, j’ai dû m’adapter rapidement dans des écoles où la technologie était très présente. Que ce soit en Colombie- Britannique, en Ontario ou au Caire, j’ai appris à fonctionner sans papier ni crayon. Ma présentation portera sur cela, mais aussi sur mon expérience cette année à la nouvelle école au Millénaire avec l’utilisation d’Office 365. J’aborderai un questionnement : est-ce possible et facile d’enseigner sans papier ni crayon ?

 

  •  L’apprentissage en profondeur dans un contexte centrée sur l’élève

Éric Noël

Cette présentation relate mon expédition pédagogique, lorsqu’en 2012, après près de 20 ans d’enseignement traditionnel, j’ai complètement renversé ma classe de sciences de quatrième secondaire. J’y relaterai tous les questionnements et réflexions pédagogiques et technologiques qui se sont présentés à moi durant ce périple, soit comment l’enseignant d’avant est devenu différent de l’enseignant d’après.

 

  •  La reconnaissance vocale et la synthèse vocale : des outils pour pallier la surcharge cognitive

Vincent Gagnon

Les élèves ayant des difficultés en écriture ont tendance à se concentrer sur la mécanique de la transcription, de l’orthographe, de la capitalisation et de la ponctuation, interférant ainsi avec les processus scripturaux de haut niveau et affectant la diversité lexicale, la quantité et la qualité globale de l’écriture. Autrement dit, les problèmes que les élèves en difficulté éprouvent au plan mécanique réduisent le temps et les ressources cognitives disponibles pour investir des efforts et se centrer sur le contenu, l’organisation, le style, la cohérence textuelle, etc. Offrir un moyen de pallier leur surcharge cognitive pourrait donc leur permettre de compléter plus rapidement la transcription initiale de leurs idées et ensuite, d’investir les ressources cognitives aux autres processus en écriture. Le présent atelier abordera les façons de mettre à profit l’utilisation de la reconnaissance vocale et de la synthèse vocale pour travailler en ce sens.

 

Présentations par affiches

 

  • Les TIC et la gestion de classe

Responsable: Nicole Monney

La séance regroupera une douzaine d’affiches créées par des étudiants de première année du baccalauréat en éducation préscolaire et en enseignement primaire. Le contenu des affiches portera sur la présentation d’une application, d’un logiciel ou d’une plateforme pouvant répondre à une problématique identifiée en gestion de classe durant leur stage. La problématique ciblée peut être en lien avec la planification des contenus d’apprentissage, l’organisation de la classe, le contrôle durant l’action, ou l’intervention individuelle. Chaque affiche proposera un exemple d’intégration de la technologie choisie, les étapes de l’intégration ainsi que les retombées plausibles de l’utilisation de cette technologie. Finalement, les propositions des étudiants devront respecter les principes de l’approche inclusive de l’enseignement et viser la réussite de tous les élèves de la classe.

 

  • Vitrine sur des projets interdisciplinaires en enseignement secondaire

Responsable Sandra Coulombe

Les présentations par affiches permettront aux étudiants finissants du baccalauréat en enseignement secondaire de présenter des projets interdisciplinaires réalisés dans les écoles secondaires. L’atelier sert de forum pour la présentation et la discussion des projets collectifs réalisés en cours du stage de qualification. Les communications réalisées par affiche présenteront aux auditeurs les axes de développement des domaines généraux de formation qui ont servi d’ancrage à la situation d’apprentissage présentée aux élèves. Ils présenteront l’environnement pédagogique mis en œuvre dans le cadre du projet qui a su favoriser, chez ceux-ci, le développement de compétences disciplinaires et transversales. Les communications présenteront brièvement les collaborations établies et vécues dans le cadre du projet interdisciplinaire, les compétences (disciplinaires et transversales) et les domaines généraux de formation activés par la ou les situations d’apprentissage, un schéma illustrant la structure d’ensemble de la séquence d’apprentissage (tâche intégrative et activités d’apprentissages afférentes), le déroulement de l’expérimentation, les résultats de l’expérimentation au regard de l’apprentissage de l’élève et la régulation de la séquence d’apprentissage, c’est-à-dire les ajustements nécessaires à sa reconduction.

 

Ateliers de l’après-midi

  • L’anxiété chez les élèves du primaire : une meilleure compréhension pour une gestion plus efficace

Julie Beaulieu

Étant la forme la plus commune de détresse psychologique chez les enfants, l’anxiété constitue une réalité à laquelle les enseignants sont de plus en plus confrontés et qui engendre d’importantes conséquences sur le développement scolaire, social et psychologique des élèves. Une intervention de la part d’un adulte, particulièrement d’un enseignant, joue un rôle important dans la prévention et la gestion efficace de l’anxiété chez les élèves. Basée sur une démarche interactive, cette présentation a pour objectif de comprendre le processus de l’anxiété et de sensibiliser les enseignants aux stratégies pour aider les élèves du primaire à composer avec cette problématique. Plus spécifiquement, nous aborderons la distinction entre la peur, le stress et l’anxiété, l’anxiété normale versus l’anxiété problématique, les manifestations de l’anxiété ainsi que les stratégies d’intervention incluant les outils numériques pour une gestion efficace de l’anxiété. Enfin, cette conférence favorisera une meilleure compréhension des problèmes anxieux pour une gestion efficace de l’anxiété.

 

  •  Les technologies mobiles et leurs applications pour favoriser la participation sociale des personnes ayant des incapacités

Claire Dumont

Les technologies mobiles font maintenant partie du quotidien. Des centaines de milliers d’applications ont été développées pour ces outils à des fins variées. Cette présentation vise à partager des connaissances sur l’utilisation de ces outils pour les jeunes ayant des incapacités ou des difficultés d’apprentissage. Leurs avantages et inconvénients seront discutés, de même que les conditions requises pour que ces technologies soutiennent les objectifs pédagogiques ou de réadaptation, notamment par l’ajustement aux besoins de l’utilisateur. Des répertoires d’applications pertinentes seront présentés. Les principaux objectifs d’intervention ciblés grâce à ces technologies concernent : la vie quotidienne, l’autonomie, la motricité, la perception, la cognition, les outils pédagogiques, les apprentissages en fonction de thèmes choisis et la communication. L’efficacité a été démontrée dans plusieurs volets notamment sur le plan de la vie quotidienne, des apprentissages et de la communication. Il reste plusieurs pistes à explorer pour bénéficier des opportunités de ces technologies.

 

  • Comment le réseautage a changé nos pratiques

Karine Godin et Julie Fortin

Une journée type dans les classes de Julie et Karine : nous présenterons comment le réseautage (École en réseau, Twitter) a changé nos pratiques. Nous présenterons nos projets collaboratifs innovants qui ont amené des apprentissages de haut niveau, une plus grande motivation et un véritable engagement des élèves. Nous présenterons aussi les technologies utilisées dans notre quotidien (iPad, sites web, robotique, programmation, Seesaw, TNI, plateformes de visio-conférence) et les comptes Twitter d’éducateurs inspirants à suivre. La technologie demeure un outil… Toutefois, elle est rassembleuse et humanisante, car elle permet d’ouvrir les portes au-delà de notre classe.

 

  • Bonifier l’enseignement des mathématiques par l’utilisation de logiciels de géométrie

Maxime Boivin

Cet atelier vise l’utilisation de deux logiciels: Geogebra et SketchUp. Il sera question de présenter et d’expérimenter comment il est possible de bonifier l’enseignement de certains concepts mathématiques du premier cycle du secondaire (majoritairement en rien avec la géométrie) à l’aide de ces logiciels. Geogebra est spécialisé pour les dessins en deux dimensions et pour la géométrie analytique. Bien qu’il puisse être actuellement présent dans les écoles secondaires, son plein potentiel n’est peut-être pas connu de tous. SketchUp est quant à lui un logiciel de modélisation 3D qui pourra être utilisé lorsqu’il est question de solides géométriques.

 

  • Les « fakes news »

Patrick Giroux

Les « fake news » et les nouvelles dites « alternatives » pullulent sur Internet. Les chaînes de courriels, les publicités maquillées et les messages frauduleux se faufilent à travers les filtres de sécurité de nos réseaux et polluent nos boites de courrier électroniques. De faux journaux scientifiques se multiplient sur Internet et s’évertuent à attirer et à flouer auteurs et lecteurs. Des recherches biaisées ou incomplètes aux résultats choquants ou, au contraire, réconfortants, font le tour du monde à une vitesse folle, propulsées par Internet et les réseaux socionumériques. Aujourd’hui, les jeunes canadiens comme les adultes sont quotidiennement confrontés à Internet, aux réseaux socionumériques et aux technologies (Steeves, 2015). Ils doivent régulièrement décider de la pertinence d’un outil ou de la véracité d’un fait et se méfier des intentions de leurs interlocuteurs (qui ne sont souvent même pas clairement identifié!). Dans ce contexte, l’école doit se souvenir de son mandat premier qui est, entre autres, de créer « un environnement dans lequel l’élève s’approprie la culture de son milieu » (MEQ, 2001:2) et de « concourir à l’insertion harmonieuse des jeunes dans la société en leur permettant de s’approprier et d’approfondir les savoirs et les valeurs qui la fondent et en les formant pour qu’ils soient en mesure de participer de façon constructive à son évolution. » (MEQ, 2001:3) À l’ère des technologies, on constate que les compétences critiques forment probablement le plus grand défi technopédagogique que l’école ait à relever (Giroux et Gagnon, 2011). Dans le cadre de cet atelier, je définirai en quoi consiste l’esprit critique et confronterai les participants à des exemples et des cas concrets du quotidien des jeunes et des enseignants dans lesquels l’exercice des compétences critiques est requis. Ensemble, nous réfléchirons au rôle de l’enseignant face à ce défi technopédagogique et aux actions que l’on peut poser.

 

  • Le journal de bord interactif : un outil au service de la collaboration enseignante orthopédagogue

Cynthia Laforme

Afin de favoriser la réussite éducative en contexte scolaire, différents services complémentaires (SC) existent au sein des milieux éducatifs québécois. L’organisation et la mise en œuvre des SC impliquent notamment la collaboration entre différents acteurs tels l’enseignante et l’orthopédagogue (Trépanier, 2005). Lors d’un projet de recherche abordant le développement du concept du nombre au préscolaire, certains éléments ont pu être dégagés afin de mieux cerner ce qui influe sur la mise en place de pratiques collaboratives, notamment en ce qui concerne l’utilisation de la plateforme GoogleDrive. L’objectif de cet atelier est donc de présenter les principaux apports, selon les perceptions des participantes, d’un journal de bord collaboratif et interactif afin de favoriser la collaboration entre différents acteurs au sein des milieux scolaires, et ce, en plus de clarifier certaines des conditions de mise en œuvre d’une telle pratique collaborative.

 

 

 

ENSEIGNER À L'ÈRE DU NUMÉRIQUE: implications scolaires et sociétales